L’été 2050 sera chaud, du changement dans nos assiettes à prévoir

Du mil à la place du blé pour s’adapter au changement climatique? Photo: CCAFS/Flickr
(afficher l'original)
nov 5, 2012

par

Cecilia

Étiquettes

By Jerome Bossuet

Un nouveau rapport sur l’impact du changement climatique sur l’agriculture du Programme de recherche du CGIAR Changement Climatique, Agriculture et Sécurité Alimentaire (CCAFS) estime que la production des trois plus importantes cultures mondiales, le blé, le riz, le maïs, pourrait chuter de 13 à 20%  dans les décennies à venir du fait du changement climatique. La pomme de terre, plante peu adaptée aux hautes températures et quatrième culture mondiale va aussi sûrement connaitre un recul significatif. Cette chute de production sera plus marquée pour la petite agriculture des pays du Sud.

Pourtant, il faudra que la production agricole augmente de plus de 70% dans les 40 prochaines années pour nourrir les 9 milliards de personnes en 2050. Les chercheurs du CGIAR suggèrent que les paysans devront cultiver des plantes plus résistantes à la sécheresse et aux hautes températures, comme le mil, le sorgho, le seigle, le pois chiche, le pois cajan. Ces plantes qui ont reçu moins d’attention de la part du secteur agricole et agroalimentaire ont pourtant de multiples qualités, à commencer par leur rusticité, mais aussi leur richesse nutritionnelle. Les pois et lentilles par exemple, sont dénommées « viande du pauvre » du fait de leur taux protéique élevé.

Lisez le blog complet en français

Écoutez ici l'interview du Coordonnateur régional du CCAFS en Afrique de l'Ouest, le Dr Robert Zougmoré, accordée à la Voix de l'Amérique (VOA). Cette interview porte sur la sortie de la dernière Note Politique du CCAFS.

Pour plus d'information sur la Note Politique, consultez "Recalibrating food production in a changing climate - what do we know and what can be done?".