Parlez global, agir local

Egalement disponible en English, Español
Photo: N. Palmer (CIAT)
(afficher l'original)
déc 3, 2013

par

Sonja Vermeulen (Head of Research, CCAFS)

L'optimisme semble évasif après les dernières négociations sur le changement climatique tenues à Varsovie. Le Japon est le dernier parmi les pays développé à annoncer le retrait du protocole de Kyoto; la deuxième période d'engagement du Protocole de Kyoto couvre maintenant moins de 15% des émissions mondiales de gaz à effet de serre . Le Fonds vert pour le climat, devant canaliser  100 milliards de dollars par an d'ici 2020, est seulement capitalisé à environ 7,5 millions. L'agriculture reste marginalisée par les négociations.
 

Il est impératif de continuer à se battre pour un accord mondial solide post-Kyoto. Mais les perspectives ne sont difficilement prometteuses. Nous vivons dans un monde extrêmement inégal, un mode dans lequel 25 % des gens les plus riches utilisent 90 % de l'énergie. Des expériences suggèrent que, lorsque les ressources et les risques sont très inégaux, comme c'est le cas pour les pays qui négocient sur ​​le changement climatique, la probabilité de consensus est minime. Mais sans accord global, que pouvons- nous faire pour résoudre un problème climatique qui est trop grand pour qu’un seul pays puisse le résoudre à  lui seul? Elinor Ostrom, prix Nobel aborde cette question imminente dans son nouvel article Une approche polycentrique pour faire face au changement climatique, mêlant la fois la théorie et la pratique pour baliser une voie à suivre.

Les théories classiques de l'action collective, comme le dilemme du prisonnier, soutiennent que des personnes, des entreprises ou des pays individuels agiront conformément à leur propre intérêt personnel immédiat au détriment des avantages à long terme pour eux-mêmes et pour la société en générale. Ostrom note qu'il y a peu de preuves empiriques de ces théories. Dans la vraie vie, nous ne prenons pas de décisions dans  un parfait isolement - nous communiquons, partageons les informations et les normes, et nous répondons aux récompenses et sanctions de la société. Nous ne nous précipitons pas sur toutes les occasions.

La conclusion de Ostrom est que si " les émissions de gaz à effet de serre sont le résultat d'un nombre extraordinairement élevé d'actions prises à des échelles multiples », alors l’atténuation et l'adaptation devrait aussi avoir lieu à de multiples niveaux –  l’approche polycentrique. Des décennies de recherche scientifique, Ostrom souligne une conclusion clé : l'importance de la "micro- situation immédiate" dans la détermination de notre volonté d'être des êtres sociaux au lieu d’être des égoïstes. Par exemple, les gens sont beaucoup plus susceptibles de coopérer lorsque la ressource commune est évaluée individuelle  et localement, et non seulement pour ses bienfaits à l'abstrait bien public mondial. La sélection d'exemples pratiques d’Ostrom montre comment les gens sont motivés à agir sur le changement climatique par les avantages tangibles qu'ils en retirent. Ce sont souvent des co- bénéfices, tels qu’un air plus propre ou des moindres factures de carburant.

L'agriculture est déjà leader sur une approche polycentrique au changement climatique. La Troisième Conférence mondiale sur l'agriculture, la sécurité alimentaire et de la nutrition, et les changements climatiques tenue cette semaine à Johannesburg va lancer une Alliance pour une agriculture intelligente face au climat – qui sera espérons-le, polycentrique á la fois dans les objectifs et le format. L'agriculture intelligente face au climat est par conception holistique et multi-niveaux, intégrant les objectifs de sécurité alimentaire, d'adaptation et d'atténuation, non seulement à l’échelle des fermes et des parcelles mais au niveau de paysages et des systèmes alimentaires entiers. Une approche polycentrique peut manquer de la justice et l'élégance universelle d'un accord global engageant. Mais  comme l’affirme Ostrom , nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre. Nous devons faire tout ce que nous pouvons maintenant, à toutes les échelles.

Liens