Sasakawa – CCAFS un partenariat stratégique pour la diffusion des CSVs en Afrique

Egalement disponible en English
Séance d'explications entre un spécialiste de l'agriculture et un agriculteur. Photo : Dansira Dembélé, CCAFS Afrique de l'Ouest
(afficher l'original)
Jan 31, 2018

par

Dansira Dembele (CCAFS West Africa)

CCAFS et l’organisation Sasakawa Africa Association se donnent la main pour la diffusion des villages climato-intelligents afin de soutenir les petits producteurs africains à développer une résilience face  à la variabilité et au changement  climatiques. 

Le défi climatique permanent rend l’atteinte de la sécurité alimentaire préoccupante dans de nombreux pays africains.

Selon les Nations Unies, le changement climatique se manifeste de différentes manières en Afrique. Les manifestations vont de la hausse des températures, à la perturbation des régimes pluviométrique (sècheresses et inondations fréquentes,  variabilité intra et inter annuelle accrue) et hydrologique (réduction des réserves en eau), ainsi que la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes entre autres.

Selon un document de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), d’ici à 2100, il y aura un besoin d’accroissement de 60 % de l’offre alimentaire pour satisfaire les besoins d’une population africaine croissante. Cependant, des baisses d’environ 5 % de la productivité des cultures sont prévues pour chaque 1° C de réchauffement au-delà du niveau historique. Ces facteurs et tendances mondiaux constituent un défi tout à fait redoutable qui requière des actions concertées.

Sur le plan agricole, dans certains pays africains l’on peut noter, de façon séquentielle, une baisse des rendements agricoles. Ceci pose une pression supplémentaire sur un système de production alimentaire déjà fragile.

Malgré ces  dures réalités, l’espoir demeure. Les scenarios scientifiques optimistes de la même étude de la FAO prédisent une perte de 6% seulement des revenus agricoles africains d’ici à la fin du siècle.  Ces scenarios se basent sur des approches, pratiques, et infrastructures mis en place au bénéfice des populations les plus vulnérables visant à les rendre résilients au changement climatique. 

En Afrique de l’Ouest, CCAFS met en œuvre l’approche Villages Climato-Intelligents (CSV) pour répondre au besoin en options avérées et efficaces de l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) afin d’assurer la sécurité alimentaire en augmentant durablement la productivité et les revenus agricoles; en améliorant l’adaptation et le renforcement de la résilience face aux impacts des changements climatiques. Le troisième objectif visé par l’AIC est la réduction et/ou la suppression des émissions de gaz à effet de serre (atténuation)

L’approche de CSV vise à combler les déficits de connaissances et stimuler la mise à l’échelle de l’AIC. Ces trois objectifs doivent être atteints simultanément, en plus de répondre au caractère durable. 

L’approche de CSV vise à combler les déficits de connaissances et stimuler la mise à l’échelle de l’AIC. Ces trois objectifs doivent être atteints simultanément, en plus de répondre au caractère durable. L’approche de CSV vise à combler les déficits de connaissances et stimuler la mise à l'échelle de l’AIC.

L’approche repose sur des principes de la recherche-action participative afin d’identifier les conditions du site, de produire des preuves de l’efficacité et l’importance de l’AIC dans une localité donnée ainsi que de faciliter l’élaboration conjointe de mécanismes pour sa mise à l’échelle.

C’est dans cette dynamique de diffusion/mise à l’échelle, que CCAFS en Afrique de l’Ouest et l’association Sasakawa en Afrique (SAA), ont entrepris de concrétiser une collaboration fructueuse. SAA, notamment sa composante thématique Amélioration de la productivité agricole a montré un intérêt pour l’approche CSV.

Malgré d’importantes réalisations à son actif, et vu les effets du changement climatique indéniables, l’organisation est consciente que ces effets pourraient compromettre ses réalisations. 

«En diffusant les CSVs, la SAA cherche à vulgariser les technologies de gestion des ressources naturelles et de production de cultures intelligente face au climat. Elle cherche de même à renforcer la capacité de ses partenaires pour que ceux-ci puissent être à même d’accompagner les plus vulnérables vers l’atteinte de la sécurité alimentaire et à accroître les revenus des petits agriculteurs vulnérables qui se trouvent en première ligne du changement climatique », justifie Dr Bidjokazo Fofana, Directeur de la thématique Amélioration de la productivité agricole de SSA. 

Séance d'explications de quelques pratiques AIC en présence d'un agent de la SAA . Photo: Dansira Dembélé CCAFS Afrique de l'Ouest

La SAA met en œuvre des pratiques intelligentes face au climat dans sa stratégie d'intervention technologique sans y inclure le service d'information climatique.

Dr Bidjokazo Fofana, Directeur de la thématique Amélioration de la productivité agricole de SSA explique: 

«Il est nécessaire d'introduire des informations climatiques et des services d'agro-conseil basés sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour guider la SAA, ses partenaires et les agriculteurs sur la fourniture de services d'agro-conseil en utilisant les prévisions météorologiques en temps réel pour prendre de meilleures décisions pour le bon choix des technologies de production et des mesures de protection adaptées au climat».

Ainsi, afin de constater et  comprendre comment l’approche CSV se matérialise sur le terrain,  Dr Fofana et ses collègues Finemory Camara (Coordonnateur du thème de l'amélioration de la productivité), Boubacar Sandinan Camara (Agent du programme d'amélioration de la productivité) et Oumar Fatogoman Traore (responsable du programme post-récolte et agro-traitement), tous du bureau SAA du Mali, ont effectué des visites dans les CSVs de Tibtenga et de Ramadolla au Yatenga (Burkina Faso) en novembre 2017 et dans ceux de Ngakoro et de Tongo à Cinzana (Mali) plus tôt en octobre 2017.

Ces visites ont aussi donné l’occasion à SSA de participer aux visites commentées des tests de  démonstration dans les CSVs de Tongo et Ngakoro à Cinzana et ainsi à l’évaluation participative des variétés biofortifiées introduites dans deux CSVs du Yatenga situés au Nord du Burkina Faso. 

Leçons tirées de ces visites 

Suite à ces visites, la SAA a émis le besoin de diffuser le concept a travers la mise en place de deux CSVs en Afrique de l’Ouest (Nigeria et Mali) et deux CSVs en Afrique de l’Est (Ouganda et Ethiopie) à partir de 2018. Pour ce faire, SSA envisage dans un futur proche se pencher sur la formation de ses agents sur les principes fondamentaux et les étapes clés de l’implantation des CSVs.

Aussi, prévoit-elle de poser les bases d’un partenariat stratégique pour l'accès à l'information climatique et à la fourniture de services d'agro-conseil en Éthiopie, au Mali, au Nigéria et en Ouganda où elle prévoit de répliquer des CSVs.

D’autres visites du genre sont prévues au début de l’année 2018 dans les CSV d’Éthiopie, de l’Ouganda, du Ghana et du Sénégal. Le but est d’apprendre les étapes pratiques de la mise en œuvre de ces CSVs, des acquis et des leçons apprises jusque-là.

A propos de Sasakawa Africa Association

Sasakawa Africa Association qui œuvre dans toute l’Afrique subsaharienne s’est assigné comme l’une de ses missions d’outiller les agriculteurs en particulier les petits exploitants afin accroître durablement leur productivité.

Le thème «Amélioration de la productivité agricole» a engrangé une grande expérience notamment en matière de diffusion de bonnes pratiques agricoles telles que l’ utilisation judicieuse des engrais (microdose), variétés améliorées etc.) A travers l’approche plateformes d’apprentissages agricoles incluant les démonstrations de parcelles communautaires, la formation des agents de vulgarisation, des facilitateurs communautaires, des agriculteurs et autres partenaires.

Les approches CCAFS et SSA présentent des points de similarités. Cependant, l’utilisation de l’information climatique à travers l’approche CSV constitue une innovation majeure sur laquelle SSA a porté un vif intérêt d’où son ambition de développer 4 CSVs  en 2018 dans ces pays d’intervention en Afrique.

Lectures complémentaires

  • Lisez le blog sur les visites commentées dans les CSV du Mali
  • Lisez le blog sur l’évaluation participative des variétés de mil et de patate biofortifiés dans les CSV du Burkina