L’approche communes climato-intelligentes pour la mise a l’echelle des options d’aic au Niger

Egalement disponible en English

Contexte

Dans les pays sahéliens comme le Niger, les facteurs climatiques et environnementaux défavorables aux activités agro-sylvo-pastorales et les contraintes socio-économiques des petits producteurs pauvres limitent l’investissement et l’adoption des nouvelles technologies. Les populations pauvres sont les plus vulnérables aux risques liés aux changements climatiques. Face aux nombreuses conséquences prévisibles du changement climatique et avec l’appui de la Banque Mondiale, le Haut-Commissariat à l’Initiative 3N a élaboré en 2014, un Plan d’Action de Gestion des Risques Agricoles (PAGRA) qui vise l’accroissement de la productivité et la stabilisation des productions vivrières et animales en situation de sécheresse.

Le Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux Risques Climatique (PASEC) s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du PAGRA et de l’Initiative 3N. Les interventions du PASEC s’inscrivent également dans le cadre de la réalisation des objectifs de l’Alliance mondiale pour une agriculture climato-intelligente (Climate-Smart Agriculture) ou Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) et qui vise à adapter les pratiques agricoles, les filières alimentaires et les politiques sociales pour qu'elles prennent en compte les changements climatiques et utilisent de manière efficiente les ressources naturelles. L’objet de l’intervention du PASEC est de promouvoir, au niveau des populations et de leurs communautés, des pratiques agricoles et rurales intelligentes face au climat. Le PASEC a prévu de soutenir des sous-projets intégrés pouvant répondre aux trois objectifs de l’AIC (productivité, résilience et atténuation si possible) et nécessitant une combinaison de plusieurs pratiques et technologies. En termes opérationnels, celles- ci se déclineront sous forme de « paquets d’activités intégrées » (sous-projet intégré) associée à des activités de renforcement de capacités.

Le PASEC a identifié deux partenaires techniques (ICRISAT et CCAFS) ayant l’expertise dans l’AIC pour l’accompagner dans la mise en œuvre de ses activités. Partant des objectifs du PASEC, le consortium des deux acteurs techniques (ICRISAT-CCAFS) présente ci-dessous les axes d’appui technique qu’ils se proposent d’apporter à l’exécution du projet.

Objectifs

L’objectif principal du consortium ICRISAT-CCAFS vise à apporter une expertise technique dans l’identification et la mise à l’échelle des options d’AIC, l’élaboration de plans et projets communaux d’investissement dans l’AIC dans trois communes choisies comme sites d’actions pilotes. L’atteinte de cet objectif sera réalisée par les 5 actions spécifiques suivantes:

  1. Mettre en place des Villages Intelligents face au Climat (VIC)
  2. Identifier les technologies/pratiques et options AIC à mettre à l'échelle
  3. Renforcer les capacités des acteurs (techniciens, paysans, …...) sur l’utilisation des technologies/options d’AIC, Suivi/évaluation et capitalisation des succès
  4. Contribuer au guide pour l'élaboration des plans d’investissements dans l’AIC
  5. Contribuer à la préparation des plans et sous projets intégrés d'AIC pour les communautés rurales

Les axes d’intervention du projet

  • Mettre en place de Communes Intelligentes face au Climat (CIC)
  • Identifier les technologies/pratiques et options AIC à mettre à l'échelle
  • Renforcement des capacités des acteurs (technicien, paysans, etc.) sur l’utilisation des technologies/options AIC, Suivi/évaluation et capitalisation des succès
  • Contribuer au guide pour l'élaboration des plans d’investissements dans l’AIC
  • Contribuer à la préparation des plans et sous projets intégrés d'AIC pour les communautés rurales

Gouvernance, collaboration et partenariat

L’ICRISAT assurera la coordination administrative, la gestion des fonds alloués aux activités et la responsabilité administrative auprès du PASEC. Dans l’exécution des activités sur le terrain, les chercheurs du consortium ICRISAT/CCAFS travaillent comme d’habitude et selon la demande avec les chercheurs de l’INRAN et autres partenaires de terrain. Les coûts des interventions des chercheurs de l’INRAN et autres collaborateurs (voyages, perdiems, matériel de travail) sont prévus dans le budget alloué au consortium.

La stratégie de mise en œuvre repose sur un partenariat entre le consortium ICRISAT-CCAFS et l’INRAN. Un accord de partenariat sera conclu entre l’ICRISAT et l’INRAN pour la mise en œuvre des activités de mise en place des CSC. Ceci permettra de capitaliser les acquis du CCAFS en matière d’AIC obtenus avec l’INRAN depuis les cinq dernières années. Un partenariat sera également conclu avec le service de la météorologie nationale du Niger pour la production et la diffusion des prévisions climatiques. Des contrats de prestations seront établis avec les radios rurales. Au niveau de chaque CSC, nous placerons un facilitateur de site de niveau ingénieur qui animera l’activité au niveau de la CSC. Il sera sous la supervision technique directe de l’équipe de chercheurs de l’ICRISAT, CCAFS et de l’INRAN.

Partenaires

  • Institut national de recherche agricole du Niger (INRAN),
  • L'Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT)
  • Banque Mondiale

Contact

Pour plus d’informations contactez :