Services d'informations climatiques au Sénégal: de l'espoir pour leur pérennisation

Trois années après le démarrage du projet USAID/CINSERE est venue l’heure de faire un bilan à mi-parcours.

Trois années après le démarrage du projet USAID/CINSERE l'heure est venue de faire un bilan à mi-parcours. La question au centre des débats a été : Comment pérenniser l'utilisation des services d'information climatique auprès des communautés d'agriculteurs, d'éleveurs et de pêcheurs sénégalais ? 
Au Sénégal, le changement climatique constitue déjà est une forte menace pour les communautés d'agriculteurs, d'éleveurs et de pêcheurs. Une pluviométrie basse et irrégulière est de nature à compromettre les moyens de subsistance de millions de personnes dans ces secteurs. Face à une telle situation, il est devenu essentiel de connaitre les prévisions météorologiques et climatiques dans les secteurs et sous-secteurs clés de l'agriculture.
En quête de réponses efficaces pour soutenir la croissance du secteur de l'agriculture, l'USAID/Sénégal a financé un projet intitulé Services d'Information Climatique pour l'accroissement de la résilience et la productivité au Sénégal (USAID/CINSERE). Ce projet a démarré en 2016 et est coordonné par CCAFS/ICRISAT en partenariat avec l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie du Sénégal (ANACIM). 
USAID/CINSERE appuie les efforts déployés par le Sénégal en vue de faire face aux effets négatifs du changement climatique sur des secteurs économiques de base comme l'agriculture, l'élevage et la pêche à travers la production, l'accès et l'utilisation des services d'information météorologiques et climatologique (SICM). Ce, pour permettre aux acteurs de ces secteurs de prendre une meilleure prise de décision face au changement climatique et à la variabilité climatique.
 

Un impact positif avéré auprès des producteurs agricoles du Sénégal 

Depuis le lancement officiel de ses activités en 2016, le projet USAID/CINSERE a réalisés des résultats probants : 
  • 4188 producteurs ont été formés directement sur l'accès, l'utilisation des SICM et l'assurance indicielle
  • 1044 pêcheurs ont formés à l'accès et l'utilisation aux WCIS 
  • Plus de 193 000 individus (dont 50 % de femmes) ont eu un accès direct aux SICM
  • En effet, 174 000 producteurs ont été sensibilisés à l'utilisation des services d'information climatique
  • 65 champs de démonstration ont été mis en place et des milliers de personnes ont eu accès aux informations climatiques par le canal des radios communautaires, de Facebook et de Whatsapp. 308 agents des services techniques de l'État Sénégalais reçoivent les informations météorologiques et climatiques par email. 
C'est fort de ces acquis et suite à la rapide adoption des SICM par les bénéficiaires, qu'il a été jugé nécessaire de mener des journées de réflexion sur la durabilité des SICM. 
Les 11, 12 et 13 mars 2019, les acteurs et parties prenantes du projet se sont penchés sur la question à travers un atelier de réflexion portant sur la pérennisation de l'utilisation des services d'information climatiques et météorologiques du Sénégal. Les débats ont porté pour l'essentiel sur une mise à l'échelle efficiente des technologies et pratiques liées au climat au Sénégal via une institutionnalisant des services d'information climatiques et météorologiques afin d'améliorer la résilience des producteurs agricoles, des éleveurs et pêcheurs.  
 L'occasion a également été propice pour un partage des connaissances acquises et des leçons apprises.
 
David Janggeen, Directeur pays de l'USAID/Sénégal, au sortir de l'atelier a déclaré : " "Le projet USAID/CINSERE a permis aux agriculteurs d'adapter leurs activités selon les conditions météorologiques et climatiques. Ces résultats leur ont, non seulement, permis de sécuriser leurs investissements agricoles, mais également de les optimiser grâce à un certain degré d'atténuation (atténuation des risques) dans la prise de décision".
 
De son côté, une bénéficiaire productrice agricole a exprimé un témoignage prometteur pour la durabilité des services d'informations météorologiques et climatiques. 
 
Anna Gaye, productrice agricole de la région de Kolda : 
"En fonction des informations météos que nous recevons, nous arrivons à programmer nos dates de semi et d'épandage. Par exemple, si je mets de l'engrais un jour de pluie, j'ai de fortes chances de le perdre puisque les eaux de ruissèlement pourraient tout emporter. Grâce aux informations reçues sous forme d'alertes, nous parvenons à prendre nos dispositions en temps voulu"
 
Docteur Mamadou Goudiaby, Directeur National de la pêche du Sénégal: 
"Cette revue de USAID/CINSERE nous a permis d'entendre des témoignages très édifiants de producteurs. A travers ces témoignages, nous pouvons dire que l'information climatique est devenue un intrant agricole"
 
A l'issue de l'atelier de revue, les acteurs ont formulé des recommandations portant sur les moyens de renforcement de la gouvernance des systèmes alimentaires nationaux à travers une plus large dissémination des services d'informations météorologiques et climatiques. D'autres point abordés avaient trait à l'exploration des opportunités et défis pour une mise à l'échelle durable des services d'information météorologiques et climatiques à travers le Sénégal en soutenant des modèles économiques durables.