Comment l’agriculture intelligente face au climat améliore-t-elle la vie de millions de personnes à travers le monde

Egalement disponible en English

Nous avons documenté les histories de réussite des communautés agricoles à travers le monde.

Le climat change rapidement dans le monde, et cette tendance se poursuivra dans un avenir prévisible, quelles que soient les mesures que nous prenons maintenant pour réduire l’impact de des activités humaines sur ce  processus. En outre, à mesure que les températures augmentent, que les régimes pluviométriques et les quantités de pluies changent, et que les nuisibles et les maladies trouvent de nouveaux espaces, le visage de l’agriculture mondiale devra également changer.

L’humanité fait face à des défis énormes pour nourrir chaque individu sur la planète. Selon les estimations de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 842 millions de personnes ont eu faim entre 2011et 2013, soit une personne sur huit à travers le monde. Cependant, la population humaine continue d’augmenter. D’ici à 2050, le monde comptera 2,4 milliards de bouches supplémentaires à nourrir. Nous serons appelés à accroître la quantité de nourriture que nous produisons de 70 pour cent pour satisfaire les demandes supplémentaires suscitées par l’accroissement démographique et les changements de régime alimentaire.

Chose quelque peu surprenante, jusque récemment, l’agriculture a été marginalisée dans les débats sur les changements climatiques induits par l’homme. Bien qu’elle soit considérée essentiellement comme une « victime » des changements climatiques, l’on reconnaît, cependant, de plus en plus la contribution que l’agriculture a apporté et continue d’apporter aux changements climatiques et le rôle qu’elle peut jouer afin d’atténuer l’impact des activités humaines sur les changements climatiques.

Les produits agricoles sont à l’origine d’environ un quart des émissions de gaz à effet de serre induites par l’homme à travers le monde. Les rizières et le bétail sont les principales sources de méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. L’utilisation excessive des engrais azotés non seulement pollue les fleuves et les lacs, entraînant de vastes « zones mortes » telles que le Golfe du Mexique et la Baie de Chesapeake, mais également entraîne la libération d’oxyde nitreux, 310 fois plus puissant que le dioxyde de carbone en tant que gaz à effet de serre. Les produits agricoles génèrent près de la moitié de tout le méthane produit par l’activité humaine, et près de 60 pour cent des émissions d’oxyde nitreux. Le défrichement des forêts pour de nouvelles terres agricoles libère des quantités énormes de dioxyde de carbone.

C’est à ce niveau qu’intervient « l’agriculture intelligente face au climat ».

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) définit l’agriculture intelligente face au climat comme comprenant trois principaux piliers :

  • l’augmentation durable de la productivité et des revenus agricoles (sécurité alimentaire) ;
  • l’adaptation et le renforcement de la résilience face aux impacts des climatiques (adaptation) ; et
  • la réduction et/ou la suppression des émissions de gaz à effet de serre (l’atténuation), le cas échéant.

Qu’entend-on exactement par « agriculture intelligente face au climat » ? D’une manière générale, il s’agit d’un paquet de techniques et pratiques éprouvées telles que la production de malt, la pratique de la culture intercalaire et de l’agriculture de conservation, la rotation des cultures, la gestion intégrée des cultures-bétail, l’agroforesterie, l’amélioration du pâturage, et la gestion intégrée de l’eau ainsi que des pratiques novatrices telles que l’amélioration des prévisions du temps, l’adoption des cultures tolérantes à la sécheresse et aux inondations, ainsi que l’assurance récolte et bétail.

Une recherche rapide en ligne a permis de montrer que plusieurs organismes et projets sont en train de tester ou de promouvoir une agriculture intelligente face au climat, bien que seuls quelques uns l’aient adoptée à grande échelle. Toutefois, une nouvelle brochure, Agriculture intelligente face au climat: Succès des communautés agricoles dans le monde, montre que l’agriculture intelligente face au climat peut avoir et a un impact significatif sur la vie de millions de personnes.

La brochure présente 16 exemples de réussite d’agriculture intelligente face au climat dans des pays tant développés qu’en développement. Ces initiatives ont un impact généralisé sur la sécurité alimentaire, l’adaptation aux impacts des changements climatiques et l’atténuation des changements climatiques. Elles sont mises en œuvre sur de vastes zones et améliorent la vie de millions de personnes.

LE BOIS DE FEU CONSTITUE UN PRODUIT DE PLUS EN PLUS RARE ET PRÉCIEUX AU SAHEL. LES AGRICULTEURS QUI LAISSENT LES ARBRES SE RÉGÉNÉRER SUR LEURS TERRES ONT UNE SOURCE TOUTE PRÊTE DE COMBUSTIBLE POUR LEUR PROPRE UTILISATION ET AUX FINS DE VENTE, ET PEUVENT AINSI GARDER LES RÉSIDUS DES CULTURES DANS LEURS CHAMPS, CE QUI AUGMENTE LA MATIÈRE ORGANIQUE DANS LEURS SOLS FRAGILES.

PHOTO : CIFOR

Dans la région du Sahel de l’Afrique de l’Ouest, par exemple, plus de 5 millions d’hectares de terres dégradées ont été restaurés par le truchement d’une pratique appelée « régénération naturelle gérée par le pays » -- qui consiste fondamentalement à amener les agriculteurs à permettre aux arbres de repousser à partir des souches d’arbres dans leurs champs, au lieu de les abattre année après année. Après des années d’efforts infructueux de reforestation d’une partie du Sahel en utilisant les méthodes « traditionnelles » de plantation d’arbres, cette approche ascendante a permis la régénération ou la plantation de plus de 200 millions d’arbres, accompagnée d’une large gamme d’avantages. Les rendements des cultures ont augmenté, l’érosion du vent a été réduite, les agriculteurs disposent de davantage de bois de feu, et, par conséquent utilisent les résidus des cultures et la bouse d’animaux comme engrais au lieu de les brûler. Les arbres séquestrent le carbone, ce qui contribue à atténuer les changements climatiques, et les améliorations de l’environnement rendent l’agriculture dans la région plus résiliente aux changements climatiques. Environ 2,5 millions de personnes sont en plus grande sécurité sur le plan alimentaire, et, en conséquence, davantage en bénéficient chaque jour.

A l’autre extrémité de l’échelle, les agriculteurs en Australie tirent parti d’une initiative agricole piégeant le carbone qui leur permet de gagner des « crédits de carbone » en mettant en œuvre les pratiques qui séquestrent le carbone ou réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Les agriculteurs vendent les crédits aux individus et entreprises qui veulent ou doivent compenser les émissions de gaz à effet de serre causées par leurs activités, créant ainsi un revenu supplémentaire pour les agriculteurs et les gestionnaires des terres et augmentant la résilience de l’agriculture australienne aux changements climatiques. Il peut en découler des avantages importants pour les exploitations agricoles. Une grande exploitation porcine dans New South Wales a investi dans un digesteur de biogaz.  Elle est passée du paiement de 15 000 $ EU par mois pour l’électricité à l’engrangement d’un revenu de 5 000 $ EU par mois tiré de l’excédent d’électricité produite. L’exploitation consomme quelque 2 400 mètres cube de méthane chaque jour, ce qui permet d’éviter l’émission de l’équivalent de 32 tonnes de dioxyde de carbone. Au taux de 13,80 $ EU par tonne, la valeur des crédits de carbone que le digesteur de biogaz génère devrait se situer autour de 160 000 $ EU par an.

Les 16 initiatives attestent du potentiel de l’agriculture à s’adapter aux changements climatiques, d’être plus résiliente et de protéger les agriculteurs contre les futurs changements des modèles météorologiques, les nuisibles et les maladies, et à ralentir le rythme des changements climatiques. A présent, le défi consiste à promouvoir l’adoption généralisée des interventions agricoles intelligentes face au climat à travers le monde.

Au cours des deux prochaines semaines, les dirigeants du monde se rendront à Varsovie en Pologne pour le dernier cycle des débats des Nations Unies sur les changements climatiques. Après quatre années de discussions infructueuses sur l’agriculture, la nécessité de disposer de politiques mondiales qui reconnaissent le rôle primordial de l’agriculture pour l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques s’impose. Les exemples présentés dans le présent livre indiquent que certains pays sont nettement en avance dans leur planification – ceci devrait servir de source d’inspiration pour les nouvelles politiques et initiatives. Une analyse plus détaillée des cas de réussite, publiée il y a quelques mois, présente des idées de la manière dont l’adoption généralisée pourrait être assurée, en tirant des leçons des 16 initiatives présentées.